🔍 2 minutes

« On respecte tout le monde mais on a peur de personne », c’est le refrain que fredonne tout le groupe des 23 grenadières avant d’aborder ce match phare face à la gigantesque équipe américaine, ce lundi 4 juillet 2022, au stade Estadio Universitario, à 7 h00 PM, au Mexique.

Avec en lead la meilleure jeune joueuse du monde de l’année 2022, Melchie Daëlle Durmonay, dite Corventina, l’équipe haïtienne doit affronter les USA en match d’ouverture du championnat féminin élaboré par la CONCACAF. Cette équipe américaine est la première opposition à l’équipe nationale qui espère prendre l’un des quatre billets disponibles pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande 2023.

C’est pour la sixième fois de l’histoire que les deux sélections s’affrontent. Le bilan est nettement favorable à l’équipe américaine qui n’a jamais encaissé le moindre but contre la sélection féminine haïtienne. Leur première rencontre a eu lieu en avril 1991 au stade Sylvio Cator. Les grenadières se sont faites humilier 0-10 à domicile. En octobre 2010, Haïti a connu une deuxième défaite 5-0. Pour l’année 2017, elles se sont rencontrées à deux reprises au mois de septembre, entre les 17 et 20 septembre. La machine américaine a infligé respectivement les scores de 5-0 et 8-0 à la sélection haïtienne.

Et récemment, lors des éliminatoires des jeux olympiques de Tokyo, soit le 28 janvier 2020, l’équipe haïtienne a subi encore une fois la loi américaine sur le score de 4-0. Cette équipe était composée, à l’exception près, de nos talentueuses footballeuses constituant l’effectif d’aujourd’hui à savoir Melchie Daëlle Durmornay, Kethna Louis, Roseline Eloissaint, Nerilia Mondésir (capitaine), Sherly Jeudy, Ruthny Mathurin, Mikerline St Félix, etc.

Évidemment, avec un nouveau staff, emmené par le technicien français Nicolas Delépine, l’équipe haïtienne ne va pas jouer les potiches du groupe. Si l’on veut faire foi aux dires du sélectionneur qui ne cache pas son envie d’emmener cette génération à la coupe du monde de 2023. À l’approche de ce match contre les USA, Nérilia et ses partenaires veulent à tout prix rompre avec cette malédiction. Ce qui ne semble pas être différent pour le sélectionneur : « renverser les choses qui sont établies » a-t-il assuré au micro de la FHF. Au-delà du plein respect affiché à l’endroit de l’adversaire, les filles n’ont peur de rien et croient en la réussite.

Une équipe vraisemblablement mieux préparée et enjambe est prête à jouer à fond sa carte de qualification directe pour le mondial en commençant par une victoire face à la meilleure équipe féminine mondiale, avant de jouer respectivement les équipes mexicaine (7) et Jamaïcaine (11), à Monterey, en ce mois de juillet 2022. À rappeler que les équipes troisièmes joueront un match d’appui intercontinental en dernier recours pour le mondial de l’Océanie 2023.

Ces matchs éliminatoires sont aussi valables pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, puisque l’équipe championne bénéficiera du seul billet disponible.