🔍 2 minutes

Dans une pétition paraphée en date du 24 juin 2022, différentes organisations des droits de l’homme et féministes haïtiennes ainsi que françaises sollicitent à l’UNESCO l’annulation de la conférence-débat de Josué Pierre-Louis, prévue pour le 28 juin prochain, autour de son livre : « La modernisation du droit haïtien. Un défi pour l’avenir ».

En vue de promouvoir l’auteur Josué Pierre-Louis à travers son dernier ouvrage, la délégation permanente d’Haïti en France de concert avec l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture ont eu l’intention d’organiser une conférence-débat à Paris, dans les locaux de ladite délégation, afin de valoriser l’œuvre de l’écrivain.

Par contre, ce dernier a été dénoncé par plusieurs organismes des droits humains nationaux et internationaux pour sa dignité humaine qui paraît douteuse sous les yeux desdites organisations.

Ex-président de la dignité, secrétaire général de la présidence, ministre de la justice, commissaire du gouvernement, consultant auprès de l’Agence américaine pour le développement (USAID), consultant auprès de la LTL STRATEGIES etc. Josué Pierre Louis a fait une grande carrière au sein de l’administration publique haïtienne, en assurant les postes ci-dessus à partir des années 2012 jusqu’à date. Josué Pierre Louis est également professeur d’Université.

Reproché par les organisations des droits humains pour viol, agression sexistes et sexuelles, les signataires de cette note ont trouvé assez d’accusations pouvant mener à une annulation de cette conférence-débat. « Josué Pierre Louis a été accusé de violence physique et de viol perpétrés le 26 novembre 2021 sur la personne d’une employée du conseil électoral, instance qu’il présidait à cette époque », ont-elles dénoncé. « La survivante a courageusement porté plainte contre ce dernier, elle a eu les soutiens de l’OPC, le RNDDH, le POHDH, entre autres », soulignent-elles.

À travers les dénonciations susmentionnées, les dénonciateurs demandent à l’UNESCO, qui est une institution ayant pour mission, « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous» etde ne pas s’associer avec la personne de Josué Pierre Louis dans la promotion de son ouvrage. Pourtant, des institutions étatiques, notamment le Ministère des Affaires Étrangères et le bureau du protocole du Palais National ont promu le professeur.

Dans le but de faire la lumière sur l’impunité en Haïti, les dénonciateurs exhortent l’annulation de ladite activité qui vise à donner une plus grande visibilité à Josué Pierre Louis. Selon les signataires de cette pétition, « si ce dernier doit être sous les projecteurs, c’est face à la justice et à ses victimes ».

Parmi les organisations signataires de cette pétition, on trouve : Nègès Mawon, SOFA, Kay Fanm, Fanm Deside, RNDDH, POHDH, Nou Pap Dòmi.