🔍 3 minutes

KrisPek a gratifié le public d’un nouvel EP intitulé : GID, sous l’égide des labels Lwayote Mizik et Evazyon Mizik. Sorti ce 7 mai 2023, l’opus compte sept (7) morceaux avec des collaborations comme Zomò, Stan, KenFS et notamment D-fi, CEO du label émergent Evazyon Mizik.

Après L’EP Oeil Du Tigre (ODT) paru en 2021, le rappeur saint-marquois revient 2 ans après avec un nouveau projet  titré GID. Bien que l’artiste a fait savoir sur son compte Twitter que ce projet est enregistré depuis cinq ans, soit trois ans avant ODT. 

Il s’agit d’un panorama musical sur la dignité et l’honnêteté ; sur des alternatives de réussite, et aussi sur la fragilité de la vie. Le rappeur qui se revendique de l’underground selon ses paroles : « M son senp ti rapè underground sa k mainstream pa ka afwonte »-Bachattitude, traite avec singularité les sujets de chacun de ses morceaux.

Ode à la dignité et l’honnêteté 

Lalala, le premier son de cet EP, est celui dans lequel le rappeur présente le décor de son univers : une enfance difficile avec des parents séparés, des efforts de sa mère pour lui garantir une meilleure condition de vie. Malgré cela, “Nèg bèf la” reste fidèle à ses valeurs et prône la dignité : « Se vre m rete sòyèt, men m mache ak diyite m dèyè m […] Pafwa anpil nan nou fè erè twoke diyite n kont kèk byen materyèl ki pap lontan pati kite n». 

Le rappeur exhorte ainsi la jeunesse qui consomme sa musique à ne pas marchander leur dignité comme lui même il le clame :  « Pa machande diyite m frè, m ap di w li pa ka vann». Et quand c’est difficile de trouver sa voie, il faut avoir un plan B, car «Se pa souvan sa ou mande lavi ba ou frè m », rappe-t-il.

Dans Verite, quatrième morceau de la tracklist, le rappeur de 28 ans érige l’honnêteté comme principe : « Se paske m pa vle vire dèyè lè m ap mache, ki fè lè vis ap kesyone m m kite onètte pale pou mwen ». Il n’admet pas de demi-vérités; pour lui c’est la vérité ou rien : « Pa gen mòso verite, depi w kache yon pati ou bay manti ».

La fragilité de la vie dans un monde de violence

Avec Trop risqué de vivre (TRDV) sur cet EP Krispèk montre la fragilité de la vie dans un monde de violence. La mort hante tellement notre quotidien, ce qui amène le rappeur à être dubitatif sur son existence : « Pafwa m pa konnen si m vivan ou mò, tou 2 sanble m ». La vie paraît être un cercle vicieux où quelque soit l’endroit la mort finit par nous rattraper : « M pè mache sou tè pou tranbleman l pa touye m. M pa t ap ka suspendu dans les airs koz nenpòt bal t ap touye m ».

Il poursuit pour faire part de son inquiétude sur la misère du monde et à la cruauté de l’homme : « Kòman m ka santi m safe nan yon mond k ap detwi? Di m…». En plus, il met en cause les grandes puissances sur l’entrave au bien-être. D-fi complète sur ce même track la cruauté de l’homme et sa capacité destructrice : « M pa t tann gè Ikrèn pou m te konprann monde lan kriyèl ». Et dans un monde avec autant de violences Stan, avec sa voix mélodieuse et mélancolique, chante : « Nou pap sòti an vi vre, isiba lavi an twò riske ».

GID, c’est un EP qui invite à réfléchir sur les modèles de réussite, de prendre en compte notre réalité et d’agir en conséquence : « Met pye w kote je w montre w, kwoke djakout ou mezi men w».  Il faut toujours résister et apprendre à savourer chaque victoire comme le rappe KenFS sur le titre éponyme : « M selebre a chak viktwa, m pa bezwen gwo rekò ».